La croix huguenote


L’origine de la croix huguenote

Tous les chrétiens reconnaissent la croix latine comme symbole de leur foi. Mais les protestants français, en particulier réformés, préfèrent souvent porter une croix différente, dont l’origine est directement liée à l’histoire de la Réforme : la croix huguenote.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, le protestantisme a rarement eu les bonnes grâces du pouvoir monarchique français… Ainsi, les protestants ont par exemple été systématiquement exclus des récompenses militaires : ordre du Saint-Esprit (créé par Henri III), ordre de Saint-Louis (créé par Louis XIV)… Un orfèvre protestant a alors l’idée de créer un bijou reprenant la forme de ces médailles : une croix de Malte fleurdelisée et boutonnée. Il y suspend une colombe. On attribue cette invention à l’orfèvre nîmois Maystre, vers 1688 ; soit juste après la révocation de l’édit de Nantes (1685).

En utilisant la forme de cette médaille pour affirmer leur identité, les protestants réclament à cette époque le droit de vivre comme tout le monde. En même temps, les huguenots qui la portaient restaient irréprochables aux yeux de la loi qui leur interdisait un symbole spécifique. C’est finalement à peu de choses près la même croix que celle du Saint-Esprit, portée par le roi lui-même. Les différents éléments du symbole ont un sens politique et spirituel et permettaient d’affirmer en même temps la loyauté à l’égard du roi (« mal conseillé ») et de l’État, ainsi qu’une vraie foi évangélique.

Le mot huguenot pourrait bien, quant à lui, venir de l’allemand Eidgenossen, qui veut dire « confédérés » ; il désignerait donc ceux qui ont prêté serment ensemble. Il est aujourd’hui connu internationalement comme synonyme de « protestant français ».


Symboliques

La croix huguenote sur un vitrail du temple de Sarrebourg
La croix huguenote sur un vitrail du temple de Sarrebourg
  • La croix, symbole chrétien par excellence, puisqu’elle renvoie au sacrifice du Christ et à sa victoire sur la mort. C’est ici une croix de Saint-Jean (ou croix de Malte), qui rappelle les ordres de chevalerie. Chaque bras s’élargit à mesure qu’il s’éloigne du centre, ce qui peut symboliser la transformation du croyant (2 Corinthiens 3.18). Le bord extérieur de chaque bras est en retrait, formant ainsi le “V” de la victoire du Christ sur la mort.
  • Les 8 pointes de la croix, munies de boutons comme sur les fleurets d’escrime, pour les rendre moins agressifs, indiquent ainsi la volonté pacifique des protestants. On peut remarquer que ces boutons donnent aussi à la croix de Malte un aspect qui rappelle la croix occitane, emblème du Sud de la France où est né et s’est répandue la croix huguenote. Leur nombre évoque quant à lui les 8 versets des Béatitudes (Matthieu 5.3-10).
  • Les fleurs de lys rappellent que, malgré les persécutions, les protestants tiennent à rester fidèles au roi de France. Mais le symbole de la fleur de lys a également une dimension spirituelle, car elle renvoie aussi à la Trinité. Stylisées, elles font penser à des morceaux de la couronne d’épines. Les quatre lys à trois pétales (soit un total de douze pétales) pourraient aussi représenter les douze apôtres. Enfin, la fleur de lys est aussi un symbole de la résurrection et de la sollicitude de Dieu (Matthieu 6.28).
  • Les 4 cœurs : l’espace créé entre les branches de la croix et les fleurs de lys donne à voir quatre cœurs. Intentionnelle ou non, cette évocation donne au bijou une dimension esthétique et significative. On peut y voir l’amour de Dieu pour nous, et le rappel du commandement de Jésus de s’aimer les uns les autres (Jean 13.34). Les quatre cœurs représentent également les quatre évangiles (de Matthieu, Marc, Luc et Jean).
  • Les 12 points formés par les pointes de la croix et des fleurs de lys symbolisent les douze disciples de Jésus-Christ. Mais, combinés au cercle autour de la croix, ces points représentent la couronne d’épines que Jésus-Christ portait sur la croix. Ce cercle qui entoure la croix n’a ni début ni fin, tout comme l’éternité et la profondeur de l’amour de Dieu.
  • La colombe est le signe du Saint-Esprit ; elle fait référence au baptême de Jésus (Marc 1.10) où il est dit que l’esprit de Dieu descend sur lui tel une colombe. C’est aussi une allusion au récit de Noé : la colombe annonce la fin du déluge, comme une messagère de délivrance. Elle témoigne aussi à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Romains 8.16). Elle pend de la croix car elle représente le don de paix et du Saint-Esprit sur la Terre fait par le sacrifice de Jésus-Christ sur la croix. Parfois, la colombe est remplacée par une perle ou une larme en pendentif de la croix huguenote ; dans ce cas, cela symbolise la persécution encourue par les Huguenots, mais aussi les langues de feu descendues sur les apôtres lors de la Pentecôte (Actes 2.3).